Marineland d’Antibes: Le dauphin Alizé est mort à 24 ans

Marineland d’Antibes: Le dauphin Alizé est mort à 24 ans

ALPES-MARITIMES La direction du delphinarium, par ailleurs poursuivi pour maltraitance animale par l’association Sea Shepherd, affirme que la maladie d’Alizé s’est révélée incurable…

Durant un nouveau spectacle avec les dauphins, alors que Marineland promet "moins de performances avec les soigneurs"

Durant un nouveau spectacle avec les dauphins, alors que Marineland promet « moins de performances avec les soigneurs » – F. Binacchi / ANP / 20 Minutes

C.D.

Alors que la marraine de l’association Sea Shepherd, Pamela Anderson, est attendue samedi à Cannes pour dénoncer « l’enfer des delphinariums », la direction de Marineland annonce ce vendredi le décès du dauphin Alizé.

« Problème rénal chronique »

Né en captivité au Marineland d’Antibes en 1992, le dauphin « souffrait d’un problème rénal chronique », indique le communiqué, qui précise qu’une autopsie est en cours pour « confirmer la cause de son décès ».

>> A lire aussi : Pour Marineland, pas question de «s’acheter une bonne conscience» en arrêtant les spectacles d’orques

Le parc affirme avoir consacré tous ses efforts pour apporter à Alizé les meilleurs soins. « Un scanner a même été réalisé, une première en France, pour s’assurer d’envisager toutes les options de traitements possibles », écrit la direction, avant de conclure que « la maladie d’Alizé s’est révélée incurable ».

Nés en captivité

Alizé faisait partie d’un groupe de dauphins dans lequel les naissances, ces dernières décennies, assurent la continuité des générations.

Samedi à Cannes, Pamela Anderson doit tenir sa conférence de presse en présence de Paul Watson, le célèbre militant écologiste canadien. ONG engagée dans la protection des océans, Sea Shepherd poursuit devant la justice française le Marineland d’Antibes pour « maltraitance animale et pollution volontaire ».

>> A lire aussi : Marineland d’Antibes: Sea Shepherd porte plainte pour «maltraitance animale»

Sous le feu des critiques de militants anti-captivité, le parc marin d’Antibes a rouvert au public fin mars, en revendiquant un virage plus « pédagogique ». Les  violentes intempéries d’octobre avaient affecté 90 % de ses installations. Une semaine après le déluge, on apprenait la mort de l’ orque Valentin, 19 ans, lui aussi né en captivité à l’intérieur du parc.